Le site de la batterie

La batterie de l’Éperon fait, avec le fort de Frouard dont elle est une annexe, partie du plateau fortifié de Frouard. Cet ensemble a été construit en complément du système défensif de Toul et doit empêcher toute intrusion dans la forêt de Haye.

La batterie, du fait de son emplacement, a un rôle que le fort ne peut assumer correctement : la protection des nœuds de communication des vallées de la Meurthe et de la Moselle ; voies ferrées Paris Strasbourg, canal de la Marne au Rhin, route nationale Besançon/Metz. De plus, elle a une vue directe sur les couloirs d’invasion : vallée de la Moselle et de l’Amezule.

Construite entre 1879 et 1883 sur un éperon rocheux, d’où son nom, elle a une forme originale triangulaire d’une surface de 28 000 m2 avec une façade de gorge pseudo-bastionnée. Elle est entourée d’un fossé de 800 mètres de long. Ce dernier creusé directement dans la roche à une profondeur moyenne de 7 à 10 mètres et une largeur de 8 à 20 mètres.

D’abord réalisée en maçonnerie, la batterie est modernisée en 1890 et 1894 et de 1901 à 1907, suite à la crise de l’obus torpille.

La batterie regroupe en un même lieu un très grand nombre d’éléments spécifiques du système de défense Séré de Rivières. On y trouve :

  • Deux exceptionnelles casemates Mougin modèle 1880 (les seules en Lorraine),
  • 4 abris béton pour 8 canons de 95,
  • Les 3 premiers observatoires cuirassés de l’époque,
  • Et surtout le dernier exemplaire en France d’une tourelle à éclipse Galopin modèle 1890, d’un poids de 250 tonnes et d’un diamètre de 5m 50. Elle possède toujours ses 2 canons de 155 Long de Bange.

Lorsque la guerre de 1914 éclate, le fort ne joue aucun rôle actif car le front est alors stabilisé par la bataille du Grand Couronné. Toutefois, nombre de soldats, en particulier des troupes de réserves, passeront par le fort et la batterie pour y être formés et envoyés au combat…

La batterie de l’Éperon est le fort le plus proche de la bataille du Grand Couronné.

La batterie peut loger 200 hommes. Le casernement est composé de casemates avec voûtes d’environ 6 m de haut.

Armement à l’origine :

• 2 canons de 155 L sous tourelle à éclipse,

• 2 canons de 155 L sous casemates cuirassées “Mougin”,

• 8 pièces de 95 de rempart avec abris remises.

• 4 canons de “12” culasse,

• 5 canons revolvers.

• 3 observatoires cuirassés.

• 5 guérites blindées.