Lunette à micromètre type G de cote

Cliquez sur les images pour les agrandir

La LUNETTE À MICROMÈTRE DE CÔTE est actuellement le télémètre réglementaire dans les batteries basses de gros et de moyens calibres; elle est employée transitoirement dans les batteries hautes de moyen calibre non encore pourvues de télémètres d’une autre espèce.

Elle est installée dans un poste télémétrique et montée, soit sur un pied spécial, suit sur un socle en maçonnerie, soit sur un support scellé dans le mur du poste.

Il existe deux modèles de lunette : la lunette G et la lunette M.

La LUNETTE comprend un corps de lunette portant à son extrémité antérieure l’objectif protégé par un couvercle et un coulant portant à son extrémité postérieure l’oculaire monté dans un bouchon d’oeil et protégé par un obturateur.

Un garde-soleil est adapté à l’avant du corps de lunette.

Le coulant coulisse dans le corps de lunette et porte à l’intérieur un micromètre dont les divisions vont de 0 à 100.

Le PIED comprend un support métallique et 3 branches en bois.

Le support est formé de deux plateaux, l’un fixe, et l’autre mobile, pouvant tourner sur le premier, soit à la main, soit à l’aide de la vis de mouvement horizontal.

Sur le plateau mobile est monté un bras muni de deux colliers destinés à recevoir la lunette; l’un d’eux porte une vis de pression; tous deux sont pourvus de crans de mire latéraux qui servent à amener rapidement la lunette dans la direction approchée du but.

Le bras peut prendre autour de son axe d’articulation un mouvement dans le sens vertical, par l’intermédiaire d’une vis commandée par l’écrou moleté du mouvement vertical ; un ressort antagoniste entoure la vis et tend constamment à écarter le bras de l’écrou.

Le bras porte à l’avant un niveau articulé que l’on peut faire mouvoir au moyen d’une vis de réglage à tête moletée ; un masque peut se rabattre devant la tête de la vis de réglage.

Le plateau fixe porte sur son pourtour une graduation azimutale le long de laquelle se déplace un index porté par le plateau mobile.

Les douilles du plateau fixe s’engagent dans les 3 branches articulées en bois. Ces branches sont terminées par des pointes métalliques. Dans chacune d’elles est logée une boîte munie d’un couvercle et contenant soit une réglette d’altitude, soit une réglette de mâture, soit les accessoires pour tir de nuit.

Une clef spéciale, retenue par une chaînette, permet de modifier le serrage des boulons qui réunissent les branches au plateau fixe.

Dans certaines batteries, les branches du pied sont supprimées, et le support métallique est monté sur un socle en maçonnerie ou sur un support fixe scellé dans le mur du poste.

Pour le matériel présenté :

Seule la lunette de cet ensemble est présentée à la batterie (sans pied ni étui).

Télécharger le document Ministère de la Guerre. Règlement d’artillerie de
côte. 1re partie. Service des bouches à feu. Titre II. Description

Télécharger la planche de la lunette

Revenir au matériel exposé