Périscopes de tranchée

Cliquez sur les images pour les agrandir

Les périscopes sont des instruments permettant à un observateur placé derrière un couvert ou dans un abri de voir le terrain en avant, sans être obligé de se découvrir et, par suite, de s’exposer aux vues et aux coups de l’ennemi.

Définitions :

• On appelle longueur optique d’un périscope, la distance entre l’axe de l’objectif et celui de l’oculaire.
• Le champ est le champ réel en largeur, c’est-à-dire l’intervalle angulaire horizontal dans lequel les objets extérieurs sont visibles, l’appareil étant maintenu immobile.

Les périscopes sont principalement de deux types :
• Les périscopes à miroirs simples, qui sont les plus économiques, mais qui ne donnent qu’un champ de vision très faible ;
• Les périscopes munis de systèmes optiques plus complexes (lentilles, prismes, miroirs sphériques) qui donnent des champs plus étendus et peuvent, ou non, grossir les objets.

Selon les modèles, la mise au point peut se faire en agissant avec la main droite sur le bouton moleté ou l’oculaire, de manière à voir nettement les images.
Lorsqu’on observe depuis un poste fixe, on peut soutenir le périscope à la main, ou alors en l’attachant à un piquet planté dans la paroi de l’abri utilisé, soit en le posant à l’extrémité d’un pied improvisé planté dans le sol, ou d’un fusil. Dans certains cas, le périscope est livré avec un pied spécifique.


Périscope de tranchée à prismes SOM n°4

PÉRISCOPES DE TRANCHÉE À PRISMES ET LENTILLES, TYPE DE LA SOCIÉTÉ D’OPTIQUE ET DE MÉCANIQUE DE HAUTE PRÉCISION. (S.O.M)

Optique. — Les périscopes de tranchée S. O. M. comportent deux prismes à réflexion totale et un système de lentilles. A grossissement égal, ce type de périscopes, qui est plus perfectionné, a un champ plus étendu.

Monture. — La monture est constituée par un tube métallique dont le diamètre et la longueur varient suivant le type.
L’oculaire est monté dans un barillet à vis pour permettre la mise au point.

Transport. — L’appareil est transporté dans un étui en toile muni d’une bretelle de suspension.

Tableau des différents types :

Pour le matériel présenté :

Le périscope présenté est du type SOM n°4 (d’un grossissement de 9) il a perdu toute sa peinture (sauf sur la dague de l’oculaire et au niveau du marquage) et est présenté sans étui ni boite d’époque.
Étrangement le marquage sur la tête renvoie au niveau de l’oculaire indique une désignation différente : AB Type 3 ! or il correspond en tout point au n°4 (d’où son classement ainsi).


Périscope de tranchée à prisme type SOM n°5

PÉRISCOPES DE TRANCHÉE À PRISMES ET LENTILLES, TYPE DE LA SOCIÉTÉ D’OPTIQUE ET DE MÉCANIQUE DE HAUTE PRÉCISION. (S.O.M)

Les périscopes de tranchée S. O. M. comportent deux prismes à réflexion totale et un système de lentilles. A grossissement égal, ce type de périscopes, qui est plus perfectionné, a un champ plus étendu.
La monture est constituée par un tube métallique en laiton dont le diamètre et la longueur varient suivant le type. L’oculaire est monté dans un barillet à vis pour permettre la mise au point.
L’appareil est transporté dans un étui en toile muni d’une bretelle de suspension.

Tableau des différents types :

Pour le matériel présenté :

Le périscope présenté est du type SOM n°5 (d’un grossissement de 2), d’une longueur totale de 75 cm pour un diamètre de 3.4 cm et d’un champ de 320 millièmes.

Ce périscope, très bien conservé, présente presque toute sa peinture d’origine entre le bleu horizon et le gris artillerie. L’oculaire ainsi que son renvoi d’angle sont de couloir noir. Sur celui-ci on trouve les marquages de la Société d’optique Berthiot Paris 5-2849.

Ce périscope est transporté dans un étui en toile muni d’une bretelle de suspension, qui est une copie conforme à l’étui d’origine.


Périscope à manche Type n°9 pour chars de combat (légers)

PÉRISCOPE À MANCHE, TYPE S. O. M. N° 9, POUR CHARS DE COMBAT.

Le périscope pour chars légers est du même type que les périscopes de tranchée de la Société d’Optique et de Mécanique de haute précision.
Ses caractéristiques sont les suivantes : longueur optique : 0m430 ; grossissement : 1; champ : 660 millièmes; longueur totale de l’appareil (non compris le manche) : 0m505.
Ce périscope a été souvent aussi utilisé dans les tranchées.

Pour le matériel présenté :

Le périscope présenté est de la marque SOM (Société d’Optique et de Mécanique) du type n°9.
Il a perdu toute sa peinture (qui était à l’origine entre le bleu et le gris artillerie), il présente encore son étui de transport en toile.


Périscope de tranchée à vision arrière, type Carvallo

Les périscopes de tranchée à vision arrière du système Carvallo, comportent un système optique constitué par deux miroirs sphériques convexes et une ou deux lentilles intermédiaires.
Ils se présentent sous l’aspect d’un tube en laiton à l’intérieur duquel coulissent deux autres tubes (un à chaque extrémité, formant bouchon et portant les miroirs oculaire et objectif). Sur le grand tube jouant le rôle de fourreau, aux deux bouts, extérieurement et du même côté, sont tracés deux traits de repère rectilignes.

Pour mettre ce périscope en état d’observation, il faut tirer les deux tubes bouchons, de façon à dégager les deux repères intérieurs de ces tubes, repères qui comprennent chacun un trait circulaire et un trait rectiligne; amener les traits circulaires de ces repères à l’affleurement du tube et les traits rectilignes dans le prolongement des repères extérieurs.
La fenêtre-objectif a la forme d’une embouchure de mirliton. Placée en haut, elle donne accès aux rayons lumineux issus des objets qui lui font face.
La fenêtre-oculaire est un petit trou de quelques millimètres de diamètre. En y mettant l’œil, on voit les objets qui font face à la fenêtre-objectif.
Au repos et lors du transport, on enfonce complètement les tubes-bouchons dans le grand tube.

Lors de son utilisation, l’observateur tourne le dos aux objets observés, comme s’il les regardait dans un miroir mais une particularité essentielle est à noter : tandis que, vue dans un miroir, la partie gauche du corps semble se trouver à droite, ce renversement de sens n’existe pas dans les périscopes de tranchée à vision arrière; aussi l’instrument permet-il de lire les écritures qui se trouvent dans son champ de vision.
Une autre particularité de ces appareils consiste en ce que, pour prendre vue sur l’horizon, ils doivent être non pas verticaux, mais inclinés légèrement (comme l’indique la figure).

L’ensemble de ces deux particularités permet à l’observateur de s’appuyer contre la paroi de l’obstacle, dans la position la plus abritée que puisse offrir son bord antérieur, et de prendre, pour le périscope, un point d’appui commode sur le bord postérieur.

Les périscopes de tranchée à vision arrière, système CARVALLO, sont de trois types qui ne diffèrent que par leurs données optiques ou leurs dimensions extérieures.

Ces caractéristiques sont résumées dans ce tableau :

Les deux premiers types se distinguent entre eux, à première vue, par le fait que la monture en laiton du premier est généralement noircie par un bronzage, et que celle du second est soit en laiton et recouverte d’une peinture bleu horizon, soit en duralumin. Le troisième se distingue des deux autres par le diamètre du tube supérieur.

Pour le matériel présenté :

Ce périscope est du type non grossissant, d’une longueur d’optique de 90 cm, pour un grossissement de 1.5.
Son état est bon pour son âge, malgré que ces miroirs soient dégradés par le temps et son bronzage est atténué mais encore présent en grande partie.

Longueur fermé : 710 mm           longueur ouvert : 1040 mm        diamètre : 37 mm

Pour le matériel présenté :

Ce périscope est du type grossissant, d’une longueur d’optique de 75 cm, pour un grossissement de 3.
Son état est bon pour son âge, malgré que ces miroirs soient dégradés par le temps, il a perdu sa totalité de son revêtement, d’infimes vestiges de peintures étant encore visibles, la peinture a été restitué au plus proche possible de celle d’origine.

Longueur fermé : 555 mm           longueur ouvert : 835 mm           diamètre : 44 mm


Périscope de tranchée en bois

PÉRISCOPES DE TRANCHÉE SIMPLIFIÉS À MIROIRS PLANS.

Ces périscopes de tranchée simplifiés se composent de deux miroirs plans parallèles, placés aux extrémités d’un tube avec lequel ils forment un angle de 45°. En face de chaque miroir est pratiquée une fenêtre.

Ces périscopes sont de trois types principaux :
1° périscopes simplifiés forme ordinaire, constitués par une gaine en bois ayant une section de 7 cm x 5,5 cm pour une longueur de 76 cm; les deux miroirs plans ont chacun 60 cm de largeur; le champ de ces périscopes est de 75 millièmes.
2° périscopes simplifiés forme évasée, constitués par une gaine en bois de 70 cm de hauteur et ayant une section de 5 cm X 6 cm à son extrémité inférieure, et de 7 cm X 11,5 cm à son extrémité supérieure; le miroir plan inférieur 4,5 cm de large et le miroir supérieur 5 cm; le champ de ces périscopes est de 150 millièmes;
3° périscopes simplifiés à coulisse, constitués par deux tubes cylindriques en tôle mince de 5 cm de diamètre, coulissant l’un dans l’autre et fermés, à leur extrémité libre, par une tôle portant un miroir elliptique incliné à 45°; la largeur des miroirs est de 4,5 cm ; pour mettre l’appareil en état d’observation, tirer sur l’anneau dont est muni le tube intérieur, de manière à développer complètement le périscope dont la longueur totale est alors de 76 cm ; le champ de ces périscopes est de 65 millièmes.

PÉRISCOPE DE TRANCHÉE À PRISMES ET LENTILLES, SYSTÈME CARPENTIER.

Le périscope de tranchée, système Carpentier comporte deux prismes à réflexion totale remplaçant les miroirs des périscopes simplifiés, et un système de lentilles destiné à lui donner un grand champ (442 millièmes).
Il se présente sous la forme d’un tube en bois, de 4,2 cm de côté et de 89 cm de hauteur, fermé à ses deux extrémités.

Vers celles-ci sont pratiquées deux petites ouvertures, placées en face des prismes, que l’on ferme au moyen de glissières pour protéger les verres lorsqu’on ne se sert pas du périscope. Sur la face opposée au verre oculaire, où doit être appliqué l’œil, un bouton moleté, destiné à la mise au point, fait légèrement saillie.
A la base du tube, est pratiqué un trou conique dont on coiffe la broche portée par un pied spécial. Le pied est un jalon en bois, ferré à sa partie inférieure; il est muni d’un curseur portant la broche sur laquelle on emmanche le périscope. A défaut de ce pied, on emploie un jalon quelconque dont on taille la partie supérieure en cône.
Le périscope est transporté dans un étui en cuir muni d’une courroie de suspension.

Pour le matériel présenté :

Le périscope présenté est d’un modèle intermédiaire entre les deux modèles présentés avant.
Il n’est pas à prisme mais à miroir plan, sa section de de 5 cm par 5 cm pour 81,5 cm de long.
C’est deux ouvertures sont fermées par des glissières de protection (miroir de sortie et oculaire)
Un trou de forme conique est présent à sa base pour le fixer sur un pied ou jalon.
Il présente un peinture d’origine entre le bleu horizon et le gris artillerie.
Sur cette peinture au-dessus de l’oculaire la date de 1917 est encore visible.

Télécharger le document Instruction sur l’armement et le matériel de tir du 10 novembre 1924

Revenir au matériel exposé